BIOGRAPHIE

BENJAMIN GROËTZINGER

Benjamin Groëtzinger commence la pratique théâtrale à l’âge de 12 ans. Les encouragements de ses professeurs de théâtre le motivent a tenter le concours d’entrée du Conservatoire de Lyon où il est retenu en 2011. Il y reçoit un enseignement riche et exigeant dans les classes de Philippe Sire, Magalie Bonat et Laurent Brethome.

Pour son diplôme de fin d’année, il écrit et met en scène 9 m², création qui reçoit un accueil très chaleureux tant des professionnels que du public (spectacle joué au Théâtre de l’Élysée, au Théâtre de l’Iris, au Théâtre de Lune à Lyon (69) et au Festival des Nuits d’Été à Novalaise (73).

De nombreuses opportunités s’offrent à lui, il travaille rapidement aux côtés de Christian Schiaretti, Walter Thompson, Julie Desprairies, Noémi Boutin, Gilles Chabrier, Laurent Vichard, Vincent Martin, Pauline Picot, et participe en tant que comédien aux créations des collectifs : le Collectif BIM, Sans Théâtre Fixe, les Mineurs de Fonds et l’Assemblée Sauvage.

Dès 2016 il reçoit le soutient du département de la Savoie pour la mise en scène de plusieurs de ses spectacles.

En 2018 il reçoit le soutient de la DRAC et des 3 communautés de commune de l’Avant- Pays-Savoyard pour la mise en scène du projet territorial Polar.

Il se perfectionne à la mise en scène aux côtés de Laurent Leclerc pendant 1 mois au cours de la formation Mettre en scène de Barouf Théâtre à Lilas en scène. Ce stage lui permet de confronter son texte 9 m² aux yeux de Noëlle Renaude et d’Yves Beausnese.

Depuis le début de son enseignement il se passionne pour l’écriture de scène et reçoit plusieurs commandes de poèmes pour des musiciens ou des festivals (Walter Thompson, Thimothée Quost, Les détours de Babel, le festival Les nuits d’été). Il se lance alors dans l’écriture théâtrale prépare actuellement la re-création de 9 m², l'écriture d'une pièce d'anticipation Acouphène et l'écriture d'un recueil de poèmes appelé Attractions.  

On peut reconnaitre dans ses écrits une fascination pour les auteurs tels que Gaston Bachelard ou Jacque Réda qui mélangent poésie et science. Théâtralement il est autant inspiré par les univers existentialistes de Beckett ou Pinter, le loufoque de Marion Aubert et le style cinglant de Julie Rosselot Rochet.


Amoureux de science fiction ses textes en cours font souvent allusion à des univers qu’ont pu créer Franck Herbert, Asimov, ou K Dick.